Anthroposophie und Pädagogie

Rudolf Steiner (1861-1925) est un philosophe occultiste, il est le fondateur de l’anthroposophie qu’il qualifie de « chemin de connaissance » visant à « restaurer le lien entre l’homme et les mondes spirituels ». Inspirée de certains penseurs et poètes du romantisme allemand comme Goethe, la pensée de Steiner émane presque exclusivement de ses intuitions.

Rudolf Steiner

L’anthroposophie est une science basée sur la philosophie de l’homme, elle tend à étudier la spiritualité dans une dimension scientifique. Cette spiritualité est inspirée par son environnement, sa culture et son éducation. Beuys est influencé par Rudolf Steiner qui met en évidence la confiance absolue en la faculté cognitive de l’être humain. Sa volonté de mobilisation des énergies spirituelles englouties par la Première Guerre mondiale qui s’exprime dans L’appel au peuple allemand et au monde civilisé (1919) impressionne Beuys. Le vœu de Steiner était de briser la toute-puissance de l’Etat en le séparant de l’économie et de la culture – le rôle de l’Etat n’étant que de protéger le citoyen –, art, science, religion et éducation s’enracinant dans le principe de liberté.Le nom de Rudolf Steiner est également lié au Goetheanum, un bâtiment érigé sur la colline de Dornach, à 10 km au sud de Bâle (Suisse). Il constitue le siège de la Société anthroposophique universelle et de l’École Libre de Science de l’Esprit fondées par Steiner qui lui a donné ce nom en référence aux travaux de Johann Wolfgang von Goethe. Dans ce bâtiment construit autour d’une grande salle de théâtre, sont encore données des représentations intégrales du Faust de Goethe ainsi que des concerts et des spectacles d’eurythmie. En outre, plusieurs congrès s’y tiennent chaque année. Le Goetheanum comporte une vaste bibliothèque publique, une librairie, des salles de cours et de conférences.

Goethaenum 1925-1928

« L’idée de Steiner selon laquelle, en chacun de nous, des facultés reposent en sommeil qui nous délivrent la connaissance de mondes supérieurs, confirma la propre conviction de Beuys que tout être humain est un artiste. » (Stachelhaus)
Jeder mensch ist ein künstler 2
Mais lorsque Beuys affirme que chaque homme est un artiste (Jeder Mensch ist ein Künstler), il n’entend pas que tout le monde soit peintre ou sculpteur, plutôt que chacun possède des facultés créatrices qu’il faut discerner et cultiver, le plus important étant la possibilité offerte à l’homme de s’autodéterminer. L’art renvoie à des facultés créatrices universelles, elles peuvent se manifester en médecine, en apiculture ou en économie – notons qu’en anthropologie, le concept d’art s’applique au travail humain en général.
« Au titre de ce concept d’art anthropologique, chaque homme est un artiste. En chaque homme existe une faculté créatrice virtuelle. Cela ne veut pas dire que chaque homme est un peintre ou un sculpteur, mais qu’il y a de la créativité latente dans tous les domaines du travail humain. » (Beuys)
« Je parle de la créativité dans toutes les activités et toutes les formes de travail, pas seulement dans l’art, d’une créativité qui libère le travail et l’élève au rang d’acte libre et révolutionnaire » (Beuys)
Pour Beuys, le principe de créativité ne fait qu’un avec celui de la résurrection : l’ancienne forme, paralysée, doit être métamorphosée en une forme vibrante qui nourrit la vie, l’âme et l’esprit. Tel est le « champ élargi de l’art » selon Beuys, qui conduit à la « sculpture sociale » (Soziale Plastik), catégorie artistique alors inédite, la créativité dans le sens que Beuys lui donne est une science de liberté voire de libération de l’humain. Avec ce principe de « sculpture sociale », Beuys remet en question la définition de l’art comme œuvre unique créée par un artiste solitaire. Beuys est également partisan de l’idée qu’il ne pourra y avoir de société capable de spiritualité et démocratique que le jour où l’art sera intégré à tous les domaines de la vie et de l’éducation. En repensant à son expérience en Crimée avec le feutre (Filtz) et la graisse (Fett), il développe l’idée que l’art est un baume, en ce sens Beuys est un guérisseur, un chaman, un thérapeute. Beuys se soigne d’anciennes blessures personnelles et ce faisant, soigne le monde en introduisant ces pratiques dans le monde symbolique de l’art.

 

Sur l’anthroposophie, ce site de référence: